espace

 

 

 

 

 

 

 





"L'Heure de Traverse Vidéo" sur C’est de l’homme qu’il s’agit !
Simone Dompeyre -  Catalogue Festival Traverse Video - mars 2005



C'est de l'homme qu'il s'agit, Emmanuelle SARROUY

D'abord des piaillements inquiétants d'oiseaux s'adressent à notre mémoire cinéphile... Birds, birds, birds. les oiseaux hitchcockiens vengeurs contre l'homme, en coïncidence avec l'image d'un homme qui fuit et celle d'un poste à essence en flammes mais que devraient assagir les accords calmes et musicaux de cette vidéo et que portent ailleurs les variations colorées qui saturent le champ : rosé, bleu, fuschia... Le retour du noir et blanc avec les mouettes envahissantes à tire d'ailes mais ralenties à l'extrême, rappellent d'autres lieux, celui par exemple de La Jetée encore... où analepse et prolepse refusent - d'autant qu'elles se combinent en bande de Möbius - le temps linéaire du récit et ce pour l'amour du seul regard mouvant en sourire de ce film de Marker.

Et ne serait-ce pas le soupir du titre sinon le poème, que d'aucuns reconnaissent comme fragments de Saint John Perse - pour les autres le générique dit la source Vents et Chroniques - qui s'empare simplement en horizontales successives ou en un déroulant vertical pour apporter l'accalmie. Les ailes assombries n'y peuvent plus provoquer la peur, plus de récit mais le discours d'un "je" envers l'homme, et, pour qu'il se pose la question de l'homme. Du discours naît de ce rassemblement inattendu de l'image, d'abord de crainte, et du poétique, qui ré/font des signes, des images... qui font resurgir la question du mouvement y compris celui du réveil de la mémoire alors que du corps référentiel de l'oiseau ne restent que des traces de noir sur le blanc tels des idéogrammes. Y lire la provocation des images intérieures réclamées par le poète s'émouvant, attendant des réactions de l'homme : "quelqu'un au monde relèvera-t-il la voix ?". Alors certes se glisse encore quelque peu l'angoisse... l'inquiétude essentielle qui fait de l'homme, celui qu'il ne faut pas perdre - l'homme.